Participer

Lancer un projet

Vous travaillez avec des enfants ou des adolescents (encadrement de jeunes, foyers, école) ? Considérez-vous que les punitions corporelles constituent un sujet important dont vous aimeriez discuter avec eux ?

 

Dans la rubrique Projet, vous pouvez découvrir à quoi pourrait ressembler un projet avec votre groupe. Vous pouvez nous contacter pour discuter de questions supplémentaires.

Devenir ambassadeur/ambassadrice

Vous êtes impliqué dans la protection de l’enfance et vous recommandez le projet “ Sans peur chez toi ! “ parce que vous êtes convaincu de son impact et de son importance ?

 

Devenez ambassadeur/ambassadrice du projet avec votre témoignage et votre portrait.

Ambassadeur/Ambassadrice

En tant que présidente de la Fondation Suisse pour la protection de l'enfance, la protection de l'enfance a toujours été une priorité pour moi. C’est un fait qu'un enfant sur deux en Suisse subit des violences physiques ou psychologiques pendant son éducation. L'éducation est une affaire privée. La violence contre les enfants ne l'est pas. Les enfants ont droit à une éducation non violente. Outre une base juridique, il est important de mener une vaste campagne de sensibilisation. La discussion et la sensibilisation qui ont lieu pendant le projet « Sans peur chez toi ! » renforcent les enfants et les jeunes et favorisent la prise de conscience que les punitions corporelles ne sont pas acceptables.

Yvonne Feri, Présidente de la Fondation Suisse pour la protection de l'enfance, Conseillère nationale

Les styles de parentage problématiques tels que ceux qui ont recours à la violence physique font toujours partie de la culture éducative en Suisse. Le développement des enfants et des jeunes est influencé négativement par ces styles d'éducation. Le projet « Sans peur chez toi ! » est une mesure de prévention importante et efficace - il est donc souhaitable de le diffuser le plus largement possible.

Prof. Dr. Dirk Baier, directeur de l'Institut pour la délinquance et la prévention de la criminalité/ZHAW

Les punitions corporelles ont toujours été hors du temps, maintenant définitivement hors de notre siècle - la peur et la violence n'ont pas leur place dans l'éducation des enfants - les punitions corporelles détruisent le terrain sûr à partir duquel les enfants et les adultes devraient pouvoir se développer.

Dr. Wassilis Kassis Chef de l'Institut de recherche et de développement Université de l'éducation FHNW

Je soutiens "Sans peur chez toi !" parce que l'association NCBI, comme la police dans notre pays, place le bien-être des enfants au premier plan.

Rolf Blenke Officier de police Police de la ville de Zurich

Photo : Landbote, Marc Dahinden

Il est important de soutenir "Sans peur chez toi !" afin de renforcer la capacité des enfants et des jeunes à ne plus être victimes de violences psychologiques, physiques et sexuelles de la part des adultes. De cette manière, nous pouvons protéger les droits de l’enfant et les aider à développer des facteurs de résilience, et prévenir les facteurs de stress qui conduiraient à long terme à des maladies mentales et psychosomatiques

Dr. Fana Asefaw, spécialiste en psychiatrie et psychothérapie de l'enfant et de la jeunesse à Winterthur

N'oubliez jamais comment bat le cœur d'un enfant qui a peur» disait le bon Dr Janusz Korczak. Moi je n'oublie pas et j'aborde directement la question des châtiments corporels tant avec mes étudiant.e.s qu'avec les représentants des Etats lors des sessions du Comité ONU des droits de l'enfant. Mais... je suis toujours gêné que la Suisse soit l'un des derniers pays en Europe à prononcer une interdiction claire et inconditionnelle inscrite dans la loi civile (comme l'Allemagne, l'Autriche, la France et le Liechtenstein).. Ce sera un jour, au prix de la souffrance de beaucoup d'enfant!

Prof. Philip D. Jaffé, Membre du Comité des droits de l'enfant à l'ONU, Professeur à l'Université de Genève

Les enfants ont besoin des soins affectueux des adultes pendant leur enfance et leur adolescence. Inévitablement, les parents sont des modèles pour leurs enfants. La violence en tant que méthode éducative affaiblit les enfants et leur relation avec leurs parents et a un effet durable sur eux.
C'est pourquoi le projet "Sans peur chez toi" de NCBI est une opportunité importante pour les enfants et les jeunes. Ils sont encouragés et habilités à ne pas simplement accepter les situations violentes qu'ils ont vécues.

Carmelita Boari, Formatrice d'adultes à la Croix-Rouge suisse, membre du conseil d'administration de l'Observatoire du droit d'asile et des étrangers, membre du «réseau de protection contre la violence Argovie» et de «Anlaufstelle-fgm-ost.ch».

"Sans peur chez toi" est devenu un élément important dans notre école. Nos Peacemaker, ainsi que les enseignants, sont très sensibles et engagés dans ce sujet complexe. D'un point de vue psychothérapeutique, "Sans peur chez toi" est un élément important dans la prévention et le partage de la violence domestique.

Lothar Janssen, lic. phil. I, psychothérapeute suisse diplômé FSP, Centre de conseil et de prévention de l'école Hombrechtikon

Les enfants et les jeunes sont touchés par la violence domestique, quels que soient leur origine et leur statut social. Les travailleurs sociaux du système de soins de santé sont conscients des effets néfastes et multiples de la violence psychologique et physique. Ils accompagnent les personnes concernées de manière préventive, en leur proposant des solutions et en les orientant vers les ressources. Afin d'accroître la conscience sociale, l'Association suisse de travail social dans le domaine des soins de santé SAGES soutient depuis un certain temps le projet "Sans peur chez toi".

Sandro Bertschinger, Travailleur social FH, Directeur de l’Association suisse pour le travail social dans le domaine de la santé SAGES

Je soutiens le projet "Sans peur chez toi" car je suis convaincu qu'il reste beaucoup à faire dans le domaine des châtiments corporels dans le canton des Grisons. Malheureusement, il n'existe pas de base juridique claire contre les châtiments corporels. Par conséquent, les projets qui s'adressent directement aux enfants/jeunes et à la société sont importants et urgents. Avec ce projet, le NCBI contribue à combler cette lacune.

Samuel Gilgen, pédagogue social FH, responsable de jugend.gr & gestion régionale Grisons Avenir Social

« Sans peur chez toi » aborde de manière transparente un enjeu de société : la violence, quelle qu’elle soit, n’est jamais efficace. Surtout pas pour éduquer, faire apprendre et partager. Prendre ses responsabilités d’être humain, d’adulte, de parent, c’est aborder cette question en toute honnêteté vis-à-vis des autres et vis-à-vis de soi-même.

Gilles Crettenand, Responsable du Programme MenCare Suisse romande porté par maenner.ch

La protection des enfants contre la violence dans leur famille est une préoccupation centrale de la Communauté d’intérêt pour la qualité de la protection de l’enfant. Cela nécessite d'une part des spécialistes compétent-e-s et engagé-e-s qui peuvent conseiller et intervenir, mais aussi l'information et la sensibilisation des personnes concernées, de leurs proches et de leur environnement. Impliquer ces groupes cibles de manière participative et de diverses manières dans le traitement du thème de la violence dans les familles est une approche importante et prometteuse.

Schär, Clarissa, MA, Membre du conseil de la Communauté d’intérêt pour la qualité de la protection de l’enfant (CIQUE)